Ma Biographie

Je suis né à Gosselies, en Belgique, le 21 octobre 1969. J’ai commencé le sport très jeune, à l’âge de 6 ans. A l’époque, je pratiquais le football et la natation entre autres…Ce n’est que bien plus tard que je me suis mis au basket.
Dès l’âge de 15 ans, j’ai grandi très rapidement et, à 16 ans 1/2, j’ai donc logiquement commencé le Basket, pour utiliser ma grande taille.

Ma première équipe fut l’Olympic Mont-sur- Marchienne, en 1986.

L’équipe première évoluait en division 3. Au début, je ne jouais qu’en junior et en équipe réserve, mais dès ma deuxième année, j’ai joué en équipe première. Je suis resté 4 ans avec l’Olympic.

La dernière année, j’ai commencé à m’entraîner avec Charleroi qui m’avait repéré.

Après une année en D1 et ma première sélection en équipe nationale à 19 ans, j’ai réalisé que je pouvais devenir pro.

Le passage de D3 en D1 n’a pas été aussi difficile qu’on aurait pu le penser car je m’étais quand même entraîné avec Charleroi pendant 1 an.

Cela m’a beaucoup aidé à passer le cap.

J’ai joué 3 ans à Charleroi, puis j’ai été prêté à Namur car j’avais des problèmes relationnels avec certaines personnes, mais surtout parce que je voulais montrer ce que je pouvais faire, avec un plus gros temps de jeu.

Cette année là, nous avons évolué avec quasiment un effectif belge, Cornia, Franic, Deheneffe Marc et JJ, JP Barbier, Alain Hockins, Olivier Beuscart, Rudy Sonor. Nous n’avions qu’un seul étranger, José Waitman, un super américain ayant joué à Malines et en prêt chez nous après une grave blessure au genou.

Ce fût une saison magnifique avec une demi-finale de coupe de Belgique et quelques rencontres de feu comme notre victoire lors de la première journée de championnat dans les installations du grand MALINES.

L’année suivante, à la fin du prêt, je suis revenu à Charleroi, car j’appartenais toujours au club.

Mais comme j’avais toujours des problèmes relationnels avec les mêmes personnes, je savais que je me dirigeais vers ma dernière saison chez les spirou.

Quand Ostende, qui était une grosse équipe, s’est manifesté pour que j’aille les rejoindre, je n’ai pas hésiter un instant en décidant de partir. C’était un choix sportif, mais surtout personnel.

Je me suis stabilisé à Ostende après avoir connu 3 changements d’équipes en 4 ans. Je suis resté à Ostende de 1995 à 1999.

Ce fut également une superbe période, avec des épopées en coupe d’Europe, demi-finale en 1999, 4 finales de play-off et 3 de coupe, qui me permirent de remporter deux trophées…

La première année n’a pas été très amusante, je me suis blessé gravement à la cheville, avec une déchirure des ligaments.

Les autres années seront par contre plus positives.

J’ai eu 4 coachs en 4 ans, aussi surprenant que cela puisse paraître, cela a été très positif car j’ai énormement appris au contact de ces coachs, qui venaient tous d’horizon différents.

Un américain, un Serbe, un Hollandais et un Allemand. J’ai essayé de prendre un maximum chez chacun, et j’utilise beaucoup de ces expériences dans mon coaching actuellement…

En quatre saisons, comme expliqué plus haut, nous avons gagné 2 coupes de Belgique et nous avons participé aux play-offs chaque année.

Nous avons aussi participé à 3 finales de championnat. Toutes trois perdues 3 manches à 2 !

Après ces quatre belles saisons, je suis revenu à Charleroi.

Après tout, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis!

Le club me voulait vraiment, et le challenge me paraissait intéressant.

Un accord portant sur 3 ans + 2 ans d’options et surtout un discours complètement diffèrent de la part du coach en place (Bozzi) à cause duquel j’étais parti 4 ans plus tôt…

J’ai donc cru en ces paroles et j’ai à nouveau joué pour Spirou Charleroi de 1999 a 2001.

La première saison s’est bien déroulée, surtout au niveau personnel, des statistiques honnêtes, 11 points et 7 rebonds de moyenne sur l’ensemble du championnat et des play-offs !

Au niveau collectif, pas évident, car j’arrivais dans une équipe qui venait de conquérir 4 titres consécutifs.

 Le départ de Ron Ellis, ajouté à un manque d’envie de la plupart des anciens en place furent la cause de nos mauvais résultats.

Battu en finale de championnat et rapidement sorti de la coupe par Mons, le club s’est retrouvé sans rien en fin de saison…

Difficile après la série victorieuse du club en trophée entre 1995 et 1999.

Celle-ci correspondait à la période de mon retour diront certains, mais c’est quand même une excuse un peu facile.

Quand une équipe prend un américain qui avait déjà été remercié 3 fois en Europe au préalable, qu’il le coupe en décembre et qui, finalement le reprend pour terminer le même championnat, ce n’est pas la meilleure des façons de procéder pour la cohésion d’un groupe…

Bref, des grands changements sont annoncés avant même la fin de la compétition, nouvel américain, nouveau départ, etc.…

La saison 1999-2000 finie, je pars en vacances aux USA rendre visite à mon ami Mark Acres, joueur qui comme moi (vous le lirez plus bas) s’est retrouvé sur le carreau quelques années plus tôt, malgré un contrat signé avec Charleroi.

Soit…, je profite de mes congés, tout en m’entraînant sérieusement pendant le mois de juin, car je me doute que la saison suivante doit être meilleure que la précédente, surtout si Charleroi veut récupérer son titre.

A mon retour de vacances, un message m’attend sur mon répondeur, je dois prendre contact immédiatement avec le préparateur physique de Charleroi.

Nous sommes le 28 juin, la saison ne reprend que début août pour les entraînements et les matches officiels en octobre !

Je contacte donc l’entraîneur physique qui exige, avec l’appui de la direction du club, de me joindre aux entraînements des juniors.

Les autres joueurs seniors, eux, continuant de profiter de leurs congés sans parler des américains qui sont toujours la-bas aux USA !

Je trouve anormal que je doive déjà reprendre en solo, mais bon je me plie aux exigences du club, étant donné que je veux moi aussi, à titre personnel, gagner un championnat avec Charleroi…

C’est malheureusement à ce moment que les choses tournent mal.

Lors de la première séance, la demande du préparateur est déjà très corsée, je suis rentré de Los Angeles 24 heures plus tôt, le décalage horaire et la fatigue sont bien présentes, mais malgré cela, je me retrouve devant une séance de course sur piste de près de 2 heures, avec en apothéose, 10 x 200 m…

Étrange dans une période de hors saison !

Bref, lors du dernier sprint je ressens une douleur extrême et soudaine au niveau de l’avant du pied droit.

Très vite je suis incapable de poser le pied au sol et de prendre appui sur celui-ci !

L’entraîneur s’approche à ce moment et croit diagnostiquer un blocage des métatarsiens, il essaye via une technique, que je n’ai à ce jour toujours pas comprise, de replacer les os déplacés…

Grave erreur et avec grande conséquence, étant donné que 30 minutes après, par mes propres moyens, je me trouve sur la table de la radiographie de l’hôpital et que l’on diagnostique une fracture avec déplacement du cinquième métatarsien.

 Indisponibilité prévue, 12 a 15 semaines…

L’opération se déroulera deux jours après, la pose d’une vis dans l’os devrait me permettre de rejouer sans aucun risque de rechute.

Deux mois et demi après l’intervention, alors que je suis à quelques jours de reprendre les exercices de basket, les appuis sur l’avant du pied me donnent une douleur aiguë, on diagnostique d’abord une tendinite intra-métatarsienne, une infiltration est alors pratiquée.

Elle ne donnera aucun résultat et après une série d’examens complémentaires, on remarque que la vis en place a été posée trop près de la paroi osseuse et que la tête de la vis touche le cortex.

Seule possibilité, retirer la vis et poser une broche avec un câble, celui-ci tirera la tête de l’os vers l’extérieur de manière a refermer la fracture encore ouverte après trois mois de convalescence !!!

Je repasse donc sur le billard et on est reparti pour trois mois de rééducation…

Ces périodes de remise en route ne sont jamais très amusantes quand on est sportif professionnel, mais finalement, celle-ci aura quelques choses de positif, j’ai eu la chance de vivre deux semaines de traitement dans le même centre et en même temps que le footballeur brésilien Ronaldo.

Quand on sait d’où il revient, cela augmente votre volonté de retour et lorsque j’ai à nouveau pu refouler les parquets, je me suis souvenu de la conversation que j’avais eue avec lui la-bas…

ONLY THE STRONG SURVIVE !!!

Me voila donc capable de reprendre la vie de groupe après cette deuxième opération.

Et là, je reviens vite à la dure réalité qui m’avait fait quitter Charleroi cinq ans plus tôt…

Le discours du coach est totalement diffèrent à mon égard et le jour de ma reprise dans un match officiel, le choc est immense !

Quelques minutes avant la rencontre, le coach demande à me parler en privé. L’espoir est immense d’entendre votre entraîneur vous pousser à revenir à votre niveau rapidement en espérant qu’il s’est rendu compte du travail fourni pendant ces deux rééducations !!!

Mais non, le discours est tout autre, je m’entends dire qu’il n’y a pas de place pour moi dans ce groupe et que même si je suis meilleur qu’un autre joueur du groupe, je ne dois rien espérer au niveau de mon temps de jeu, qu’il ne fera rien pour me redonner ma chance et pour m’aider à retrouver mon niveau !

Ce jour-la, j’ai su définitivement que mon futur n’était de nouveau plus a Charleroi…

En effet, la fin de saison se terminera comme elle a commencé pour moi, très peu de temps de jeu et aucun résultat.

Je deviens persona non grata à l’image de quelques autres joueurs (les Américains, Erik Cleymans, etc…)

Ayant joué à Charleroi et à Ostende, soit les deux meilleurs clubs belges de cette dernière décennie avec l’ancien Malines, les perspectives concernant mon avenir étaient très limitées…

Une seule possibilité concrète, partir à l’étranger, chose qui deux ans plus tard avait été définitivement mise de côté dans mon esprit.

Le hic, c’est que je me suis retrouvé sur le marché des transferts au plus mauvais moment, début septembre.

Toutes les équipes sont complètes, et à ce moment là je n’avais pas de manager officiel et je sortais d’une année presque complète sans avoir joué !

Dimitri Lauwers, à la recherche d’un club également à cette période, me contacta alors me signalant qu’une équipe grecque jouant en série A2 était désireuse de faire une équipe pour rejoindre la division supérieure.

 Apres m’être rendu sur place, je me suis donc engagé pour une saison dans le championnat grec, avec Apollon PATRA…

Au niveau sportif, cette saison 2001-2002 fut acceptable, j’ai bénéficié de beaucoup de temps de jeu, j’ai pu finir la saison avec de bonnes statistiques.

Malheureusement, le club eu beaucoup de mal a respecter ses engagements. Des retards de paiements sont venus perturber notre deuxième tour de championnat et nous avons laissé échapper la deuxième place à cause d’une défaite stupide chez le dernier…

La saison 2002-2003 ne pouvait pas se dérouler de la même façon, je voulais à tout prix me refaire une santé physique et revenir au niveau qui était le mien pendant mes deux dernières saisons à Ostende.

Sur les conseils d’un ami, j’ai rencontré une personne s’occupant de nombreux sportifs de haut niveau, et ce dans toutes les disciplines sportives : cyclisme, tennis, sport automobile, moto-cross, football, etc…

Nous avons établi un programme de remise en condition totale, avec comme premier objectif de diminuer mon taux de masse graisseuse. En deux mois et demi, j’ai perdu 7% de graisse et j’ai gagné deux kilos de muscles. Je suis passé de 122 kilos a 112 kilos.

Dans la foulée, J’ai signé avec un manager plus important et plus connu et j’attendais donc une offre plus intéressante que par le passé !
J’ai alors signé à nouveau avec une équipe grecque, en l’occurrence, Olimpia LARISSA, cette fois de première division !

Le début de championnat fut moins amusant. Il est vrai que notre calendrier était particulièrement compliqué, avec dans nos trois premiers matchs un déplacement au Panathinaikos et à l’Olympiakos…

Apres trois journées, notre premier coach fut limogé, très ennuyant étant donné que c’était lui qui avait insisté pour ma venue au club. L’assistant pris la relève et fut éjecté deux semaines plus tard.

(petite anecdote, j’ai eu six coachs en quatorze mois en Grèce)

Le nouvel arrivant, fit transférer immédiatement quatre joueurs supplémentaires, nous étions à ce moment quinze à l’entraînement et mon temps de jeu fondit rapidement comme neige au soleil.

Je pris donc la décision de proposer un accord amiable au club pour me libérer et mettre un terme au contrat qui nous liait…
De retour début décembre en Belgique, mon ami Jean-Marc Jaumin, me proposa de me maintenir en condition avec Mons en attendant de retrouver du boulot.

La blessure d’un de leurs intérieurs et mon bon état physique amena le club à me proposer un contrat jusqu’en fin de saison.

Avec le recul, cela ne fut peut-être pas le bon choix, mais bon je me retrouvais à deux pas de chez moi et une année d’option avait été également négociée dans le contrat…

Pour des raisons budgétaires et surtout pour des raisons d’équilibre d’effectif (deux pivots sous contrat) Mons décida de ne pas prendre l’option me concernant…

Le championnat belge étant quand même compliqué avec seulement dix équipes en championnat de division 1, je n’ai reçu aucune proposition concrète pendant la période des négociations…

Le marché étranger redevenait alors le premier choix. Sur l’invitation de mon pote Eric Struelens, j’ai rejoint la région Nord de l’Espagne (Girone sur la Costa Brava) afin de peaufiner ma préparation physique avec l’équipe locale.

Le but était également de me montrer sur le marché espagnol.
Chose faite puisque à peine quelques jours après mon arrivée, quelques clubs de LEB1 se sont rapidement montrés intéressés !

Finalement je me suis engagé avec l’équipe d’ARACENA PONTS pour la saison 2003-2004 !

Celle-ci évolue à 1h30 de voiture de Barcelone, dans un petit village nommé PONTS, mais nous nous entraînions et vivions à Barcelone.

Heureusement d’ailleurs, car ce village qui se trouve à quelques encablures d’Andorre, n’est qu’un lieu de passage aux fanas de ski se rendant sur les pistes pyrénéennes !!!

La saison se déroula avec personnellement beaucoup de réussite, j’ai fais partie des 10 meilleurs joueurs de la ligue, en étant le seul européen entouré d’américains.

Malheureusement, le coach, le club et les moyens n’étaient pas au niveau requis pour durer dans la division. Trop de détails importants à ce niveau ont été négligé et la descente n’a pu être évitée en fin de saison…

Pour citer un exemple, nous n’étions encore que 2 joueurs en fin de saison qui avaient commencé celle-ci 8 mois plus tôt, décevant…

La saison terminée, nous sommes rentrés au pays. Comme chaque été, je me suis octroyé une période de repos et de vacances avant de recommencer la préparation d’avant saison seul en Belgique.

Les contacts étant nombreux pour repartir, avec en tête l’Espagne, nous avions laissés la plus grande partie de nos effets personnels chez une amie à Barcelone !

C’est alors qu’un évènement inattendu se produisit !
Le club de Colfontaine, me contacta pour rejoindre leur équipe qui venait d’accéder à la deuxième division belge !

La deuxième division ne m’attirait pas, surtout que les possibilités étrangères s’annonçait intéressantes, mais la presse en fît état et une personne me connaissant en parla autour d’elle, en laissant planer le fait que je pourrai rentrer au pays et que je chercherais du travail dans la formation des jeunes !

Très vite, j’eu la possibilité de rencontrer le bourgmestre de Seneffe, Mr Bouchez ayant créé un système scolaire similaire à celui des américains.

C’est à dire avec de nombreuses activités sportives, il se montra intéressé par mon engagements.

Les choses ne traînèrent pas, le projet de donner des initiations au basket-ball aux enfants des primaires de l’entité de Seneffe ne me laissa pas de marbre et en à peine deux jours, je tournai la page de 15 ans de carrière comme professionnel du sport.

Depuis le mois de septembre 2004, je travaille donc dans les écoles de Seneffe et je transmets aux enfants de 6 à 13 ans mon expérience du sport et de la vie en groupe…

En septembre 2005, la commune a créé une section Basket-éduc… (Voir la page Basket-educ)

Tout cela fut très rapide, mais d’un autre côté, j’ai continué à jouer et une fois n’est pas coutume depuis des années, c’était avant tout un amusement.

Ce fût fait pour la D2 avec Colfontaine et il vaut mieux je pense, arrêter le sport de haut niveau pour cause d’opportunité de reconversion que de se retrouver dans la position de nombreux sportifs qui se retrouvent, sans équipes, sans salaires et sans travail.

Avec très souvent un retour à la vie « normale » des plus difficiles…

Merci aux personnes, joueurs, coachs, qui m’ont soutenu pendant ces nombreuses années en D1, avec en tête Mr Somme Eric, qui m’a donné l’opportunité en 1989 de devenir professionnel du sport, il était et est toujours un précurseur dans le basket-ball…

Le basket à décidé de tout mes faits et gestes pendant 17 ans, maintenant j’ai d’autres priorités que celle de joueurs, mais je n’oublierai jamais les merveilleux moments que ce sport m’a apporté et m’apporte toujours…

J’aimerais également par cette mise à jour de ma bio, avoir une pensée pour un ami du basket et qui fût emporté beaucoup trop jeune, malheureusement !!!

A la mémoire d’Alain Hockins…

***************************************************************************

Mise à jour au 26 mars 2006

Lors de la saison (2005-2006) j’ai joué pour l’équipe du BC Carnières (R1), choix motivé par une réduction du nombre d’entraînements et surtout par un manque d’amusement à Colfontaine ou la direction du club n’était pas toujours en phase avec ces joueurs…

Je voulais également faire plaisir au manager du club mais surtout ami, Franco La Paglia.

En effet, il m’était devenu difficile de combiner toutes mes activités avec autant de soirée ‘basket’, la société, la commune, les stages, et également la préparation pour devenir moniteur de basket, tout cela me prenant énormément de temps.

En cette fin de saison 2005-2006, nous sommes montés en D3 via le tour final !

La D3 était devenue réalité pour le BCC, bravo à tout ceux qui ont participés à cette promotion…

La saison 2006-2007 s’annoncait comme une année de transition, construire un effectif pour la D3 tardivement n’est pas chose aisée, et les débuts furent difficile.

Heureusement pour nous, la faiblesse d’équipe comme Ransart et l’olympic MSM fera en sorte que nous vivions une saison tranquille.

Le comité ayant décider de ne plus vivre une saison aussi stressante, le groupe sera de nouveau changé à l’aube de cette saison 2007-2008.

Arrivée du coach Fred Wilmot, auréolé d’une victoire avec les jeunes belges, et de plusieurs jeunes joueurs de l’ex-école Gyllicienne…

Un effectif de qualité, mais qui devra prouver semaine après semaine sont statut de favori, la série étant particulièrement relevée avec des équipes comme l’excelsior Bruxelles, Mons 2, Gembo, Essor Charleroi, etc…

Mon objectif était de continuer à guider les jeunes et à prendre du plaisir au maximum, la fin de carrière approchant doucement et il fallait en profiter!!!

Concernant les jeunes, je serai d’ailleurs en charge des juniors AWBB cette année-là à Carnières, avec comme objectif de faire progresser les joueurs afin de les intégrer au plus vite dans nos effectifs de P1 et de D3…

La reprise des entraînements ne faisait que commencer et déjà, une douleur dans l’avant du pied se faisait sentir.

La même que lors de ma reprise en course à la fin de ma rééducation en fait !

Après plusieurs questions et analyses avec le docteur ainsi que des modifications au niveau de mes semelles orthopédiques, cette douleur ne disparaissait pas et au contraire, elle augmentait.

Jusqu’au point où, lors d’une rencontre en coupe de Belgique vers le 20 août, j’ai été contraint de quitter le jeu, ne sachant plus marcher sur le pied.

Ne voyant toujours rien sur les radios, j’ai pris la décision d’aller consulter la crème des chirurgiens belges : la clinique du Professeur Martens et du Docteur Declercq à Anvers.

Ayant effectué un scanner au préalable, celui-ci révéla qu’en fait la fracture était calcifiée sur la partie supérieur de l’os mais pas sur la partie inférieure, soit proche de l’appui en dessous du pied.

Ce qui faisait que, lors de chaque pas, je fragilisais celle-ci et donc qu’elle ne guérirait jamais sans une intervention chirurgicale étant donné qu’après 6 mois de repos, cela n’avait pas été le cas…

J’ai donc pris la décision de « passer sur le billard » comme on dit et ce, pour la 9ème opération de ma carrière !
Le but était de faire d’une pierre deux coups en enlevant les broches se trouvant dans mon 5ème méta et en plaçant une plaque avec quatre vis dans le 4ème afin de le consolider.

Durée estimée d’indisponibilité : 4 mois !

Je ne peux pas dire que cette intervention me ravissait, surtout à 38 ans, mais comme il s’agissait avant tout de me libérer d’une douleur présente constamment et qu’il ne s’agissait pas uniquement pour moi de rejouer au basket, celle-ci était inévitable …

4 heures d’intervention plus tard, le 19 septembre, le tout était fait et il ne restait plus que la patience et la rééducation !

Six semaines d’attelle sans poser le pied pour commencer et ensuite, appui partiel pendant trois semaines et marche progressive à partir de la 10ème semaine. Reprise du cardio-training et mobilisation de la cheville au programme, le tout trois fois semaine.

 

Dans un timing quasiment parfait, j’ai recommencé le basket individuellement vers le 20 décembre, la reprise collective s’est faite elle, début janvier.

 

Le 12 janvier 2008, exactement 45 semaines après ma fracture, j’ai repris officiellement la compétition.

D’après les observateurs, ce retour fut une réussite. Je sais que les semaines à venir seront plus difficiles car, après une aussi longue absence, le rythme est important.

Mais je reste super motivé et c’est pour continuer à jouer une saison de plus au moins que j’ai décidé de faire les efforts afin de revenir à mon meilleur niveau… de PAPY !

Comme expliqué juste avant, le retour a été un peu compliqué, quelques petits bobos et une gestion importante des entraînements afin de ne pas passer en surcharge.

Le tout a été fait intelligemment, du moins je pense et surtout avec une grande complicité avec le coaching staff!Le résultat est simple, j’ai enchaîné les rencontres de fin de saison et les six matchs de play-offs sans trop de problèmes et en étant même d’un apport intéressant pour mes partenaires!
Bref, des superbes vacances en perspective car nous rejoignons la D2 !!!!!!!!!!!

*************************************************************************************************

Mise à jour du 27 janvier 2009.

Depuis la montée en fin de saison dernière dans l’anti-chambre de l’élite, pas mal de choses ont encore évolués pour moi.

Comme vous le savez, j’ai décidé de rempiler un an de plus afin de pouvoir si tout va bien, participer à une saison complète et sans petits bobos !

Le club et le coach ayant accepté d’adapter mon programme d’entraînement (une séance collective semaine), par rapport à mon âge (rappel j’aurai 40 ans cet année), mais aussi en rapport à mon emploi du temps qui,  j’en conviens est superbement garni…

En plus de jouer, je suis en charge cette année de l’équipe  junior de Carnières, qui également constitue l’équipe de P1.Gros challenge, car se lancer dans cette division difficile et composée de joueur d’expérience avec une bande de gamin, demande beaucoup de patience et persévérance !

Le deal est simple, se sauver à la fin de la saison et faire en sorte que cet équipe coûte le moins possible au club !

Ajouté au junior, cela me fait deux rencontres à coacher le week-end en plus de mon  match comme joueur.

Il y a aussi trois séances d’entraînement hebdomadaire, mais aussi mes stages, ma société, l’école ou je travaille et depuis le début  janvier, mon engagement comme entraîneur au centre de formation AWBB à Jambes, ou je travaille avec les moins de 18 ans.

Les objectifs pour cet te fin de saison sont donc clairs, rester en condition pour ne pas me blesser, sauver la P1 et sauver la D2.

Ensuite il sera temps pour moi de prendre ma retraite de joueur, afin de me consacrer uniquement au coaching…

Je suis d’ailleurs occupé de terminer mes cours pour le diplôme N3 avec mon ami JM Jaumin, nos travaux sont rentrés et nous attendons nos dates d’examens afin de terminer tout cela…

Comme dit ma femme, même après cela je trouverai d’autres choses à faire, peut-être mais moi aussi j’aimerai souffler de temps en temps…

****************************************************************************

 

Mise à jour du 23 décembre 2009

Prendre le temps, voila finalement une expression qui ne fait pas partie de mon vocabulaire…

Depuis le mois de janvier 2009 les choses ce sont encore accélérées !

Je suis devenu entraîneur au centre de formation de l’AWBB. Celui-ci réuni une quarantaine de talent wallon masculin et féminin dans un seul et même endroit.

Il est géré par l’awbb et propose un programme d’entraînement totalement intégré aux études.

Bref, un projet dont le sport belge et le basket en particulier à vraiment besoin.

Dans un premier temps, j’ai été nommé entraîneur du groupe des ‘grands’ (Cadets).
De janvier 2009 à juin 2009, j’ai donc travaillé avec eux, deux fois semaine au centre ADEPS de Jambes. L’objectif étant de continuer à les préparer pour la sélection nationale des -18 ans qui disputera les championnats d’Europe en août avec Fred Wilmot!

Equipe nationale U16 filles

Le fait de travailler au centre et d’être en contact avec leurs dirigeants, directeur technique (Raphael Obsomer) et responsable projet féminin (Cathy Populaire), m’a ensuite permis de recevoir une proposition concernant l’équipe nationale.

La proposition était la suivante, prendre en charge les U16 filles et participer aux jeux olympiques de la jeunesse Européenne en Finland (Tampere), ainsi qu’au championnat d’Europe en Italie (Napoli).

La génération est d’exception et les résultats espérés (demandés) son ni plus ni moins qu’une médaille au JO et finir dans les cinq premier au CE afin de se qualifier pour le championnat du monde 2010.

C’est donc lors de la semaine de congé de carnaval que j’ai pris en main pour la première fois le groupe.

Notre préparation a été longue et compliquée, avec la perte sur blessure d’un moteur de l’équipe (Hanne Mestdagh) et également pour les JO de Lynn Delvaux (elle reviendra au CE).

Mais, l’essentiel a été réalisé, à savoir deux médailles d’argent !!!

Ces résultats sont les meilleurs jamais réussi dans le monde du basket, homme ou femme, jeune ou adulte.

Le meilleur résultat au préalable était une 3ème place pour la génération d’Ann Wauters.

En finale des JO nous avons été dominés par la France avant de les sortir en demi-finale des CE et de perdre après prolongation contre l’Espagne !!!

Une très grande aventure qui, n’est pas terminée… en effet en juillet 2010, nous serons (au complet cette fois j’espère) au championnat du monde en France (Toulouse-Rodez) pour participer auCM U17 avec comme objectif un podium…

Pour couronner ces résultats, nous avons reçu le mérite sportif de la communauté française dans la catégorie collectif féminin.

Ceci restera à jamais gravé dans ma mémoire !!!

 

Quelques semaines avant ces résultats, j’avais terminé ma carrière de joueur avec une rencontre et une fête pour mon jubilé.

Quelques centaines de personnes avaient fait le déplacement, et j’avais réussi mon pari, soit verser les bénéfices à une association ‘les amis des aveugles’.

J’y tenais beaucoup, car je voulais que mon ultime match serve à quelques choses…

Celui-ci s’est déroulé à Boisfort, dans la cafétéria gerée par nos amis Jurgen et Nathalie, merci à eux pour leurs participations et leur organisation !

Merci aussi à tous les joueurs qui ont répondus à mon invitations, aux coachs, aux arbitres, aux amis et surtout à la famille nombreuses également…

Centre de Formation

Dés mon retour des compétitions d’été, et après seulement une petite semaine, la saison recommençait !

Là aussi, une nouveauté. Ma nomination à la tête des U16 avait fait germer dans l’esprit du DT, de me nommer coach de l’équipe féminine du centre de formation, celle-ci évolue dans le championnat de R1 (derrière la D1) et composée de 12 filles se trouvant au centre…

Je suis en charge de deux séances semaines et des rencontres de coupe et R1.

A ce jour nous avons remporté 5 rencontres (zéro l’an dernier avec un effectif moins important) et nous sommes passés de très près dans beaucoup d’autres rencontres.

L’essentiel n’est pas nécessairement de gagner, mais de faire progresser les filles pour qu’elles puissent entre autre, intégrer les équipes nationales.

DEXIA NAMUR (2 décembre 2009)

L’autre grosse information, concerne ma nomination comme Head Coach au club de Dexia Namur (D1 et participant à l’Eurocup).

Les résultats depuis le début de saison n’étant pas ceux espéré par les dirigeants, ceux-ci ont décidé de se séparer du coach en place et de me donner les rennes sportives du groupe.

Le travail est énorme, mais le groupe est de qualité et à surtout envie de faire des choses ensemble, enfin encore un beau challenge en perspective…

Les stages bigdan

Un peu avant le stage de Toussaint, j’avais annoncé l’arrêt des stages, qui rappelons le fonctionnait depuis 10 années…

Il est en effet difficile pour moi de tout compiler, et surtout je désirais continuer à être présent un maximum sur mes stages.

Devant le nombre important de messages, de marques de sympathie et surtout des regards des enfants, j’avais décidé de chercher des solutions, pour peu quelles existent !

Je pense avoir trouvé la personne adéquate pour travailler avec moi et qui pourra surtout superviser et faire tourner ceux-ci lorsque je suis retenu par les sélections nationales.

Les stages, ou du moins certaines resteront donc d’actualité et le prochain aura lieu à Carnaval dans la salle du complexe sportive Mont/Sur/Marchienne.

Voilà pour cette mise à jour rapide, je vais essayer de mettre un peu plus souvent d’information, quitte à en faire un journal…

10 mai 2010:

Après mon expérience à Namur, je viens de m’engager pour une saison avec le club de Waregem, celui-ci évolue en D1 dames et est un des clubs les plus prestigieux de la division.

Beau challenge en perspective avec une équipe balancée entre jeunesse et joueuses d’expérience.

Le championnat débutera le weekend du 18-19 septembre.

Si vous désirez faire une visite du site du club : http://www.dbcwaregem.be/

A+ pour les prochaines aventures. Bigdan

****************************************************************************************

Màj au 24 juillet 2011

Comme depuis le début de ma biographie, les années passent et ne changent pas!

Beaucoup de nouvelles choses se sont déroulées durant les 14 derniers mois !

Comme expliqué ci-avant, je suis devenu le coach de Waregem pour la saison 2010-2011. Le début a été très compliqué, avec des joueuses importantes absentes, blessées ou simplement complètement carbonisées par leur été avec les sélections nationales.

Etant coach national, je suis également un peu responsable de cette situation, je pense d’ailleurs qu’un programme adapté devrait être utilisé pour les joueuses sélectionnées pour les compétitions d’été!

Après donc quelques mois de galère, j’ai enfin récupérer mon effectif au complet début janvier!

Faisait pas 40° comme vous le voyez!

En sachant que mes principaux adversaires travaillaient avec leur groupe depuis deux voir trois années, la tâche n’était pas gagnée d’avance pour atteindre l’objectif que j’avais fixé au joueuses, soit être champion de Belgique!

Il paraît que les choses s’équilibre toujours au final, sans vouloir être trop frimeur, notre niveau n’a cessé d’augmenter au fil des semaines, restant invaincu en championnat de janvier à mars !

(première défaite en demi-finale des PO)

Nous avons terminé avec 17 victoires et 3 défaites la phase régulière et 6 victoires, deux défaites en PO!

Tout le monde y a eu droit, avec des matchs référence comme la défaite infligée à Boom par 20 points d’écart et dans leur salle, je sentait très vite que quelques se passait avec le groupe!

Le retour de Nele Deyaert n’y était pas pour rien, après 8 mois de blessure et des heures de rééducation (bienvenue au club) elle repris le collier et vient de suite équilibrer notre groupe à qui il manquait de l’expérience mais surtout une capitaine!

Finalement le 26 avril 2011, on s’imposera en finale dans la belle contre SKW sur le score de 63-52 en donnant le premier match par manque de concentration et un peu de suffisance!

La fête pouvait commencer… et elle a été mémorable!

A 41 ans, je fêtais donc mon premier titre de CHAMPION DE BELGIQUE après être passé à côté 7 fois en tant que joueur ! La fête n’en fut que plus belle…

La cerise sur le gâteau sera ce titre honorifique de ‘COACH OF THE YEAR’ !

Merci à toutes les filles, Angele, Irina, Nele, Tammy, Julie, Hind, Liza, Lisa, Laura, Lien, Saar, Anso et à mon staff, Hilde, Axel, Vincent Callewaert et Vincent Cordier pour leur travail et disponibilté!

Merciégalement au comité qui m’a laissé travailler jusqu’à la fin de la saison… et une pensée pour Mr Bettens, que je n’aurai pas eu le temps de connaître longtemps, mais qui était un des instigateurs de mon arrivée à Waregem…

                           

                                   Merci à Vincent pour le soutien tout au long de la saison!

Je suis fier de moi !!! lol

En parallèle, je continuais à rouler ma bosse à l’école (Seneffe) et à entrainer et coacher l’équipe du centre de formation AWBB à Jambes.

Les horaires ont été parfois très juste et surtout la route m’a pesé énormément pendant cette période. De fin août à début avril, j’ai avalé (avec ma voiture) plus de 75.000kms !

Il fallait que ma situation change et que je prenne moins de risque sur les routes…

Dans le courant du mois de février, la nouvelle continuait à se répendre sur la fermeture de l’école ou je travaillait, en effet depuis 7 ans je m’occupais de jeunes dans une école communale comptant deux options sportives, Foot et Basket!

Mes deux collègues, que je veux remercier d’ailleurs (Fabrice Silvagni-Roch Gérard) avait déjà reçu à la fin de l’année dernière leur C4, je savais que mes jours étaient comptés également…

La fédération ou je travaillais comme prestataire depuis janvier 2009 m’a alors proposé un contrat temps plein!

Quel rêve !!! Ne faire que du basket, comme quand j’étais joueur!

Le 1er mars était signé mon engagement pour un contrat d’un an renouvelable…

www.awbb.be

Mes activités ce sont donc diversifiées avec cet engagement, en étant toujours le coach du centre (R1), j’ai commencé à donner les cours au futurs coachs, Niveau 1 pour l’instant, N2 et N3 devrait suivre…

Je fais passer les examens aux futurs coachs (jury), et j’ai bien sur été nommé à la tête d’une équipe nationale jeunes, les moins de 20 ans cette fois-ci.

U20 CE 2011 à Ohrid (Macédoine)

Et maintenant ?

En ce moment, je profite de quelques vacances en Grèce afin recharger les batteries.

Le championnat d’Europe s’étant terminé avec une 7ème place et surtout dans des conditions pas toujours facile, les blessures et absences ont eu un peu raison de nos résultats!

http://u20women.fibaeurope.com/enDivB/default.asp

Qu’importe, la saison prochaine sera à nouveau une saison avec beaucoup de challenge et surtout, je serai à nouveau le coach de Dexia NAMUR!

En effet, la fin de saison terminée, les dirigeants Namurois sont venus frapper à ma porte en me proposant un super challenge, refaire du DEXIA la place forte du basket féminin belge et également porter haut les couleurs wallonnes en coupe d’Europe !

Vous pourrez donc me suivre en 2011-2012 avec le club Namurois et une équipe très compétitive (je l’espère)!

www.dexianamurcapitale.be

Reprise le 8/8 à l’awbb et le 15/8 à Namur!

A bientôt pour les prochaines aventures…

Dan